Accompagnement d’artistes, diffusion et aide à la création de spectacles vivants.

!!!!!!ATTENTION!!!!


Ceci est une template!

Ne le Modifie pas!!!!
Pour modifier le contenu de ce page retourner dans le tableau de bord et modifie les champs de la page!!

Kiki à Paris
Constellation
category icon
Musique

Les courbes suggestives d’une femme, de dos. La tête enrubannée, le port discret, épuré, qui invite à la curiosité... et les deux ouïes de violoncelle peintes à même la peau, qui font de ce corps féminin le plus irrésistible des instruments de musique, et confèrent à cette photographie la force graphique d’ une peinture. C’ est bien elle : Kiki de Montparnasse, que Man Ray immortalise en 1924. Une des photographies les plus iconiques du début du 20ème siècle. L’ambiguïté qu’elle recèle, délibérée et manifeste, incarne le trait d’union entre deux époques, deux réalités.
Fille de rien qui veut tout, Alice Prin, dite Kiki, sera tout à tour modèle, danseuse, artiste peintre, chanteuse, gérante de cabaret, actrice de cinéma et, plus sobrement, «reine de Montparnasse ». Kiki n’était pas la plus belle, la plus talentueuse ou la plus brillante, c’était juste une femme libre, débarrassée des conventions, un oiseau de nuit, une muse parfois amante, qui avait peut-être compris qu’en se libérant du qu’en dira-t-on on révélait la force créatrice de l’insoumission à l’humanité toute entière. Paris d’entre-deux-guerres: audace, invention, rébellion esthétique, glissement des
arts convenus vers la fête, le music-hall et le cirque, abandon des bénitiers en direction du plaisir, changement de paradigme - jusqu’à la voix qui se débarrasse de son pathos, du vibrato et mue en geste populaire : naturelle, microphonique, languide, intime, blues, pop, cinématographique..., pendant que le piano devient guitare. Par la libération des corps, et spécifiquement celui de la femme, le vieux monde s’est mué en un autre monde, notre monde. C’est ce que chante ce projet discographique, Kiki à Paris. D’un côté, le portrait à contre-jour d’une personnalité mystérieuse dont la fascination perdure et, de l’autre, le glissement fascinant d’une expressivité ampoulée quoique sublime vers l’univers des icônes. Une femme, une ville, une tranche d’histoire.

Albane Carrère, Mezzo-Soprano

Esla de Lacerda, Violon

Magali Rischette, Guitare

Jean-Luc fafchamps, Composition et arrangements

Laura Herbinia, Crédits photo

Nov 2024

Nov 2024